Échec scolaire: un débat à l’université démonte certains lieux communs et idées réçues

L'un des plus grands experts européens en matière de prévention et de traitement de l'échec scolaire, Marcel Crahay, professeur ordinaire de Pédagogie expérimentale aux universités de Genève et de Liège, a participé aujourd'hui à...
Società

L’un des plus grands experts européens en matière de prévention et de traitement de l’échec scolaire, Marcel Crahay, professeur ordinaire de Pédagogie expérimentale aux universités de Genève et de Liège, a participé aujourd’hui à un débat organisé par l’université régionale.

Après l’ouverture des travaux, le professeur a exposé les résultats de ses recherches.
Pendant des années, Marcel Crahay a analysé et comparé entre eux tous les études conduits en Europe, Etats-Unis et Canada sur le thème de l’échec scolaire, ayant fait l’objet de nombreuses publications et de discussion au sein des plus prestigieux congrès scientifiques du secteur.

Au terme de ce travail méticuleux et complexe, il a réussi à isoler les résultats qui vont dans le même sens, et qui affirment donc une tendance précise.
Certains résultats contredisent des pratiques pédagogiques affirmées: par exemple, il paraît évident que les élèves faibles qui redoublent progressent moins que d’autres élèves faibles qui sont promus.
Le redoublement s’est donc avéré un outil fort peu efficace dans la gestion des difficultés d’apprentissage.

En même temps, la création de classes de niveau, qui réunissent les étudiants ayant les mêmes résultats scolaires, n’aide pas les élèves faibles à progresser.
En revanche, la réduction des effectifs de classe et le recours aux groupes de besoin contribuent à favoriser l’apprentissage des élèves faibles.

Vuoi rimanere aggiornato sulle ultime novità di Aosta Sera? Iscriviti alla nostra newsletter.

Fai già parte
della community di Aostasera?

oppure scopri come farne parte