Le souvenir des catastrophes du passé au service de la prévention

De la connaissance qu'ont les habitants des menaces auxquelles ils sont exposés dépend, en partie, l'efficacité des mesures de prévention des risques naturels. L'activité humaine aussi peut aggraver la situation, surtout en...
Società

De la connaissance qu’ont les habitants des menaces auxquelles ils sont exposés dépend, en partie, l’efficacité des mesures de prévention des risques naturels. L’activité humaine aussi peut aggraver la situation, surtout en cas de urbanisation et agriculture intensive.

Pour disposer de données sur ce thème l’Assessorat valdôtain du Territoire et l’Université Pierre-Mendès France de Grenoble ont organisé, en 2005 et 2006, une série de recherches historiques et psychosociologiques des deux côtés des Alpes, dans le cadre du projet Interreg III A France-Italie ?Gestion sociale des risques naturels?.
Le 24 novembre prochain les deux partners se réuniront pour présenter les résultats des deux enquêtes au cours d’un séminaire qui aura lieux dans la sale des conférences de la bibliothèque régionale.

Après une introduction sur la variété des sources orales et écrites pour la connaissance de la gestion des risques naturels, on discutera de la perception sociale des catastrophes dans le passé et dans le présent.

Dans l’après midi, les experts ouvriront un débat autour de quelques exemple de reconstruction des infrastructures après des calamités. En particulier, l’architecte Claudine Remacle abordera le sujet de la catastrophe arrivée en 1755 à Donnas et dans le Val du Lys, et le professeur Agnès Bouhet discutera de ?La gestion des risques dans la Vallée de la Romanche dans les siècles 18° et 19°.

Vuoi rimanere aggiornato sulle ultime novità di Aosta Sera? Iscriviti alla nostra newsletter.

Articoli Correlati

Società
Società